OBJECTIF PÉRINÉE INTACT

Notre expérience d’EPI·NO :

Grâce à l’entraînement avec EPI NO, le taux d’épisiotomie et de déchirure spontanée du périnée a considérablement diminué. Pour plus de 70 % de tous les accouchements, la phase d’expulsion est raccourcie au moins de moitié. L’anxiété que ressentent de nombreuses femmes enceintes à l’idée du « passage de la tête » est abordée et peut être apaisée même avant la naissance – de nombreuses femmes, après la naissance, parlent d’un « effet de reconnaissance et de familiarité » lors du dégagement de la tête, grâce à l’entraînement préalable avec EPI·NO.

C’est avant tout chez les femmes qui ont vécu un accouchement opératoire (par ex. extraction au forceps ou à la ventouse) et qui n’ont souvent pas eu de phase de poussée volontaire, que « l’expérience préalable » de l’engagement de la tête grâce au ballon à gonfler utilisé à la fin de chaque séance d’entraînement avec EPI·NO prend toute son importance.

Il est indiscutable que la phase de poussée, tout comme l’accouchement dans son ensemble, s’accompagne de douleurs ; c’est donc à bon escient que l’on parle de « travail d’accouchement ». EPI·NO contribue là aussi à se préparer à cette situation imminente, cette expérience ultime et extraordinaire, qui consiste à accepter et accueillir la douleur.

 

En conclusion, il reste encore à dire ceci :

Toute sage-femme apprend à connaître la forme active de protection du périnée ; pour de nombreuses sages-femmes, c’est un privilège de mettre la main à l’ouvrage à l’endroit où sort l’enfant, et d’éviter que la tête ne passe trop vite, avec les blessures éventuelles que cela peut causer. Nous, les sages-femmes de la maison de naissance Arco, nous allons jusqu’à penser qu’après un entraînement avec le dispositif EPI·NO, une protection active du périnée par la sage-femme n’est plus nécessaire. Pour la femme qui accouche, pour son partenaire et pour nous en tant que sages-femmes, il n’y a rien de plus beau et de plus gratifiant que lorsque la femme glisse la tête de son enfant dans sa propre main ou dans celle de son partenaire ; elle-même sait de manière intuitive, et grâce à l’entraînement avec EPI·NO, quelle sensation et quelle force sont nécessaires. Ces accouchements sont ceux qui entraînent le moins de lésions périnéales et il s’agit de la manière la plus digne et la plus active d’accompagner une naissance. L’homme et la femme unis dans cette expérience, et nous sages-femmes en arrière-plan, en tant que figurantes possédant les connaissances nécessaires et prêtes à tout moment à les proposer.

Du fait de notre longue expérience, nous pouvons vivement recommander à chaque femme enceinte d’utiliser l’entraîneur périnéal EPI·NO, aussi bien pour la préparation à l’accouchement que pour la période de rééducation.